Patients ne respectant pas le traitement et conseils pour y remédier

Pour plus d'informations sur les patients non conformes, reportez-vous à ce qui suit :




Définition

Les patients qui ne respectent pas le traitement sont ceux qui ne respectent pas leur programme de port recommandé (au moins 22 heures par jour). L’observance est la raison la plus courante pour laquelle le traitement n'a pas les effets escomptés.

En regardant de plus près le sujet des patients qui ne respectent pas le traitement, on s’aperçoit qu’il en existe deux types principaux :

  • Les patients qui, délibérément, ne respectent pas le traitement
  • Les patients qui ne respectent pas le traitement par inadvertance

Avec des gouttières transparentes, le nombre de patients qui ne respectent pas délibérément le traitement peut être moins fréquent. Mais différencier les deux types peut aider à mieux les comprendre. Voici des conseils à ce sujet qui ne garantissent pas de résoudre le problème, mais peuvent aider à mieux motiver les patients qui ne respectent pas le traitement.




Causes

Les patients évoquent différentes raisons pour ne pas porter leurs gouttières 22 heures par jour, en voici quelques-unes parmi les principales :

  • Sensibilisation insuffisante sur les principes de base, l'importance des instructions spécifiques et les raisons qui les sous-tendent
  • Les gouttières sont inconfortables, embarrassantes, ou sont gênantes au travail ou au quotidien
  • Le patient est tête en l’air

Comprendre le problème spécifique de ce patient peut vous aider tous les deux à trouver des solutions pratiques.




Solution

Pour les solutions recommandées à la non-observance du patient, reportez-vous à ce qui suit :

  1. Sensibiliser
  2. Faites participer le patient à chaque étape
  3. Communiquer et encourager
  4. Documenter
  5. Adapter le traitement si besoin
  6. Ressource supplémentaire



1. Sensibiliser

Si, au milieu du traitement, vous vous apercevez que votre patient n’a pas respecté le traitement, vous pouvez lui rappeler la nécessité de porter ses gouttières 22 heures par jour et le sensibiliser à nouveau sur ce sujet.

Faire répéter vos instructions par le patient peut vous aider à vous assurer qu'elles ont été bien comprises.



2. Faites participer le patient à chaque étape

  • Faire participer le patient dès la consultation initiale et lors des consultations ultérieures, en fournissant un calendrier et des détails sur les procédures, peut favoriser la collaboration du patient.
  • Fixer des objectifs que les patients comprennent (la configuration de traitement est une bonne visualisation des objectifs finaux) et établir des petits objectifs au cours du traitement (par exemple, nous avons terminé de combler les espaces, nous sommes maintenant à la moitié du chemin, nous en sommes aux dernières étapes, etc.).


3. Communiquer et encourager

  • Soyez honnête lorsque vous soupçonnez une non-observance, et dites-le aux patients sans les réprimander. Par exemple : « Je souhaiterais que le traitement soit terminé d’ici le ___, pouvons-nous travailler ensemble pour y parvenir ? »
  • Encouragez les patients et partagez votre enthousiasme concernant leur traitement, par ex. : « Vos dents se déplacent comme celles d’un adolescent. Continuez sur cette voie !
  • Montrez-leur que cela compte pour vous. Écoutez les patients. Quelquefois, des situations ou des événements font que le port des gouttières n’est pas la première priorité des patients. Faites-leur savoir que vous êtes là pour eux quoiqu'il arrive et que vous vous plierez en quatre pour les aider à avoir un beau sourire.
  • Montrez au patient à quoi ressembleront ses dents s'il porte ses gouttières correctement. Utilisez l'image finale dans la configuration de traitement pour leur redonner l’inspiration nécessaire pour atteindre l'objectif fixé lors de la visite initiale.



4. Documenter

  • Comme dans la plupart des secteurs, toute la documentation est importante. Pour les patients qui ne respectent pas le traitement, il est particulièrement recommandé de tout documenter au cours du traitement, car il se peut que vous en ayez besoin plus tard.

Notes clés pour la documentation :

  • Consultations manquées
  • Le patient vient à la consultation sans apporter ou porter ses gouttières.
  • Gouttières mystérieusement « propres » (on voit rapidement si une gouttière a été portée pendant 2 ou 3 semaines)
  • Les gouttières sont toujours serrées après 2 ou 3 semaines de port (elles doivent être lâches, faciles à insérer et à retirer).



5. Adapter le traitement si besoin

  • Prolonger le port des gouttières actuelles (2 semaines de plus). Ils apprendront que plus ils porteront consciencieusement leurs gouttières, plus le traitement sera court.
  • Essayez un retour en arrière.
  • Rappelez au patient qu'il n'y a pas de remboursement. Pourquoi payer une telle somme si le résultat voulu n’est pas obtenu ?

Voici quelques suggestions sur la façon de déterminer si votre patient a porté ses gouttières correctement.

  • Votre patient vient à la consultation sans porter ses gouttières actuelles. C’est une vraie alerte rouge. Si un patient ne porte pas ses gouttières actuelles lorsqu'il arrive à la consultation, il est possible qu'il ne respecte pas le calendrier de port.
  • Une gouttière est serrée après 2 semaines de port, ou est encore difficile à insérer ou à retirer. Après deux semaines de port, les gouttières doivent se placer librement sur leurs arcades respectives et doivent être facilement amovibles.
  • Une gouttière propre est une gouttière négligée. Tout ce qui est mis dans une bouche humaine pendant deux semaines n’en ressortira pas propre. Si votre patient présente des gouttières suspectes par leur propreté lorsqu'il vient à sa consultation, il y a fort à parier qu'il ne les a pas portées.
  • Consultations fréquemment manquées ou reportées. Les patients concernés ne portent probablement pas leurs gouttières de la façon recommandée.
  • Les espacements interdentaires produits par RAI ne se ferment pas comme prévu. Lorsque vous consultez votre plan de traitement et que les espacements interdentaires ne diminuent pas comme ils le devraient, votre patient ne porte probablement pas ses gouttières correctement. Il existe des points de contrôle de l’observance dans vos plans de traitement pour vous indiquer précisément quand rechercher la présence d'espacements fermés.
  • Les gouttières s'ajustent de moins en moins bien au fur et à mesure que le traitement progresse. Si l'ajustement des gouttières se dégrade progressivement au fil du temps, il se peut que votre patient ne porte pas ses gouttières comme prescrit.

Nous avons inclus un article utile de notre Directeur de la Technologie, le Dr James Mah, sur ses trois points clés pour assurer l’observance :

  1. Éducation
  2. Motivation
  3. Vérification



6. Ressource supplémentaire

Dr James Mah

« En ce qui concerne la sensibilisation, les cliniciens doivent discuter des notions de base relatives au mouvement des dents et de l’importance du temps de port. Une pression relativement continue sur la dent est requise pour un mouvement effectif de la dent. De nombreux patients ne le savent pas et ne réussissent pas à atteindre le nombre d’heures requises. Comparez un patient qui porte des gouttières 20 heures par jour à un autre patient qui les porte 8 heures par jour : le premier patient aura 2,5 fois plus de forces continues que l'autre, et cela se reflétera dans les vitesses de mouvement dentaire résultantes.

La motivation pour les patients portant des gouttières provient le plus souvent de compliments verbaux pour un travail bien fait. Dans mon cabinet, nous offrons des « jetons » comme récompense pour une bonne coopération Les patients peuvent échanger ces jetons contre des chèques-cadeaux ou autres récompenses. En outre, nous leur rappelons que l'orthodontie est une discipline sérieuse et nous leur rappelons continuellement que le résultat en vaudra la peine.

Dans les situations où l'observance est insuffisante, nous avons souvent besoin d'avoir une discussion franche avec le patient. Avant même d’entamer le traitement, je fais savoir aux patients que la réussite du traitement est un effort d'équipe entre eux et mon cabinet. J’explique simplement que 50 % du succès dépend de moi et que l’autre moitié dépend d'eux. S'ils ne respectent pas leurs engagements, nous devons faire plus de compromis. De plus, la réduction du port entraîne souvent l'absence de mouvement net des dents. En portant les gouttières, les dents commencent à se déplacer vers la position souhaitée, mais la dent revient à sa position initiale lorsqu'on les retire. Je demande aux patients : « Pourquoi me payer pour que vos dents fassent des allers-retours ? »

Concernant la vérification, je les préviens tout d'abord dès les premières gouttières que nous allons vérifier le port « à la loupe » et que si je m’aperçois du non-respect du traitement, je serai parfaitement honnête avec eux. Cela rend les choses plus faciles si je dois être dur avec un patient pour cause de non-observance. Je peux alors dire : « Je vous avais dit dès le départ que je vérifierais. »

Enfin, si vous cherchez d'autres conseils sur la façon de vérifier discrètement si un patient porte ses gouttières, gardez à l'esprit les choses suivantes :

  • Les gouttières bien portées s'ajustent librement et tomberont presque d'elles-mêmes. S'il y a des zones serrées ou pliées, vous pouvez être sûr(e) que la gouttière n'a pas été assez portée.
  • Demandez au patient d’apporter ses gouttières actuelles. Beaucoup de patients qui ne respectent pas le traitement « oublient » leurs gouttières à la maison et encouragent leur clinicien à leur dispenser le jeu suivant.
  • Des gouttières bien portées présentent une décoloration et les surfaces occlusales montrent des signes d'érosion.
  • Les gouttières suivantes s'ajusteront étroitement, mais doivent se placer facilement.

 

Cet article vous a-t-il été utile ?
Utilisateurs qui ont trouvé cela utile : 21 sur 22

Commentaires

0 commentaire

Cet article n'accepte pas de commentaires.

Vous avez d'autres questions ?
Envoyer une demande
Partagez-le si vous l'aimez.